Bahlouli Hadj Lakhdar

La bactérie du choléra a subi d’importantes mutations ces dernières années, ce qui a pour conséquence des épidémies plus longues et de ce fait davantage de morts, ont déclaré mercredi des scientifiques.

Un dispensaire de la Croix-Rouge pour les victimes du choléra à Haïti, où une épidémie s'est déclarée en octobre. Selon des scientifiques, cette maladie a connu des mutations importantes ces dernières années, ce qui la rend nettement plus virulente. (Reuters/Kena Betancur)

Dans une série d’articles que publie la revue PLoS Neglected Tropical Diseases, les chercheurs estiment que pour y remédier, il faudrait procéder à des vaccinations massives, cela même quand les épidémies sont déjà déclarées.

Les experts divergent quant à l’utilité réelle du vaccin contre le choléra une fois que l’épidémie est déclarée, et ce débat a été relancé par la récente épidémie à Haïti.

Edward Ryan, chercheur à l’hôpital général du Massachusetts et à l’université de Harvard, explique qu’une souche hybride de choléra a subi deux importantes mutations au cours des 20 dernières années.

La première mutation a eu pour conséquence la contamination par la bactérie de personnes que l’on croyait immunisées du fait de leur exposition à…

Voir l’article original 42 mots de plus