Bahlouli Hadj Lakhdar

Y a-t-il encore la loi ?
août 30, 2018 – 7:24 Kenzi Adam 11 Commentaires
Ordures maquis
L’absence de l’Etat est criante dans tous les secteurs. D. R.
Par Akram Chorfi – Il suffit d’aller en profondeur dans les maquis agricoles pour se rendre compte de visu des pratiques criminelles de certains maraîchers qui tirent des tuyaux d’irrigation à partir de ruisseaux d’eaux usées qu’ils ont pratiquement aménagés et structurés pour ce faire.

Il suffit d’aller au square Port-Saïd pour voir violer la loi sur le change avec des dizaines de jeunes exhibant des liasses de dinars et de devises et commerçant librement dans la rue avec les citoyens par l’action et la vente de l’argent ; une activité digne d’une banque agréée.

Il suffit d’aller dans la bouillonnante rue Ferhat-Boussaâd, en plein cœur d’Alger, pour trouver là une faune de jeunes vendeurs à la sauvette qui concurrencent les vitrines…

Voir l’article original 335 mots de plus