Suspension de 54 agents saisonniers auteurs d’arnaques à l’encontre des citoyens

L’OPLA dotait 22 plages en différents équipements et les mettent gratuitement à la dispositions des citoyen.

Le directeur général de l’Office des parcs des sports et de loisirs d’Alger (OPLA), Larbi Madjid a indiqué à l’APS que son établissement dotait 22 plages en différents équipements et les mettent gratuitement à la dispositions des citoyen, appelant les estivants à rejeter les services proposés par ces personnes et les signaler à la gendarmerie.

Madjid a fait état, dans ce sens, d’actions judiciaires lancées contre 30 ex agents saisonniers de l’OPLA qui profitaient de leur statut pour arnaquer les citoyens et la suspension de 54 autres agents pour différents dépassements.

Le même responsable a indiqué que “son établissement n’est pas habilité à sécuriser les plages ou contrôler l’activité de ces personnes qui les exploitent illégalement”, affirmant que “seul le wali délégué territorialement compétent a les prérogatives d’emettre des réquisitions permettant aux éléments de la gendarmerie nationale d’intervenir et de saisir ces équipements”.

Pour sa part, le directeur du tourisme de la wilaya d’Alger, Noureddine Mansour a rappelé que la plage était “une propriété publique et qu’aucune personne n’est autorisée a l’exploiter sans passer par les procédures règlementaires et juridiques fixées par l’Etat algérien”.

Qualifiant le phénomène de l’exploitation illégale des plages de “séquelles de la décennie noire”, M. Mansour a ajouté que certaines personnes “recourent à la force sous prétexte d’être des natifs de la région et justifient ces comportements par le chômage”.

Ces groupes qui occupent les plages algéroises “ne disposent d’aucune autorisation légale” et ce depuis “le gel” du droit de concession des plages il y a trois ans, a-t-il rappelé, appelant dans ce sens les juridictions compétentes à “prendre les mesures et les procédures sécuritaires nécessaires” pour mettre fin aux dépassements de ces personnes.