Bahlouli Hadj Lakhdar

Affaire Chikhi : silence pesant de l’Organe de lutte contre la corruption

corruption, Djilali
Djilali Hadjadj, président de l’Association algérienne de lutte contre la corruption. D. R.

Par R. Mahmoudi – Selon le président de l’Association algérienne de lutte contre la corruption, Djilali Hadjadj, le volume des commissions versées dans les différents marchés publics conclus par l’Algérie, et dans lesquels sont impliqués des personnages proches des cercles de décision, a atteint 60 milliards de dollars.

Un constat qui fait que l’Algérie est toujours classée par Transparency international parmi les pays les plus corrompus de la planète. Comme l’atteste le dernier classement, où l’Algérie occupe la 112e place sur un total de 180 pays.

Dans une déclaration au journal arabe Al-Arabi Al-Jadid, Djilali Hadjadj estime que l’embellie financière qu’a connue l’Algérie depuis le début des années 2000, et qui a coïncidé avec l’arrivée d’Abdelaziz Bouteflika à la tête de l’Etat, a favorisé…

Voir l’article original 226 mots de plus